Pages: [1]
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Pathologies de l'escargot, prévention et traitements  (Lu 21250 fois)
118 218
Membre Héroïque
*****
Messages: 1287



Voir le profil
« le: 30 D?cembre 2009 à 13:01:57 »

Traduction approximative:
Pathologies de l'escargot, prévention et traitements

Dans les systèmes extensifs, les causes de mort non naturelle ou de maladie sont dues habituellement aux prédateurs et parasites. Dans les systèmes d'élevage intensif les infections bactériennes sont souvent plus fréquentes. Presque toujours, le manque d'hygiène rend le terrain propice aux maladies des escargots.

Il est important pour la prévention de nombreuses maladies de maintenir la propreté et d'hygiène dans l'élevage, d'éviter les fortes densités de population, d'éliminer les excréments et les animaux qui meurent d'une cause quelconque.
A l'apparition de tout parasite il est important d'en connaître la cause car la solution à chaque problème (douves, des acariens, des ténias, ou tout autre) est différente. D'abord observer l'animal avec une loupe pour voir s'il s'agit de parasites, si ce n'est pas le cas la maladie doit probablement son origine à un problème de type bactérien. (Les parasites sont observés avec une loupe,  les bactéries avec un microscope).

Parasites

Dans la nature, les escargots ont généralement des parasites, mais ceux-ci ne posent  pas de problèmes majeurs. Toutefois, dans les élevages principalement en raison de problèmes de très haute température et d'humidité ou de surpopulation des parcs surviennent des problèmes d'infestation parasitaire qui peuvent même causer la mort de nombreux individus. Les parasites les plus communs de l'escargot sont:

A) helminthes

Ces parasites qui affectent les escargots sont divisés en deux classes:
1) les nématodes ravageurs
Les nématodes sont des vers cylindriques qui apparaissent à la surface de la coquille. La mortalité due à cette cause, car de nombreuses études n'ont généralement pas étendre à de nombreux particuliers. Localiser un nématode parasite n'est pas aisé.
Il existe plusieurs espèces de nématodes, les plus connus et habituels chez Helix aspersa sont les suivants:
Alloionema appendiculatum

Au stade adulte, il a une taille approximative de 1 mm, ce parasite vit dans le sol, où il pond ses larves, celles-ci pénètrent par contact dans le corps de l'escargot, les conséquences sont  retard de croissance et peut même entraîner la mort chez les individus jeunes.

Angiostoma aspersae

D'une taille supérieure au précédent, plus de 2 m de longueur. Des études en laboratoire ont montré que ce nématode ne cause pas la mort dans les populations d'escargots.


Nemhelix bakery

Ce nématode a une taille de 2 mm, il s'insère dans le tractus génital de Helix aspersa-. Normalement il n'est pas responsable de décès dans les populations d'escargots, mais il est une cause de stérilité, si l'infestation est très élevée.

Phasmarhabditis hermaphroditae

Selon certaines études, ce parasite affecte seulement de manière sérieuse les escargots juvéniles, généralement ceux âgés de moins de trois mois, en particulier les naissains pesant moins d'un gramme, les adultes étant plus résistants au parasitisme dans la nature.

Évolution et  forme d'apparition de la maladie

Le cycle évolutif de la maladie se présente comme suit:
La larve infectieuse pour l'hôte (l'escargot) dans le sol, pénètre dans le corps (on ne sait pas où, bien qu'il existe des nématodes dans le pneumostome) et lui injecte des bactéries qu'elle transporte dans un «réceptacle». Ces bactéries prolifèrent et sont la cause de la maladie.
Pendant ce temps, les larves évoluent jusqu'au stade adulte et se reproduisent à l'intérieur de l'escargot, se nourrissant de bactéries et leurs métabolites. Après 3 à 7 jours, l'escargot meurt, c'est à ce moment que les nouvelles larves infectantes éclosent et se dispersent à l'extérieur à la recherche de nouvelles victimes.

Causes de l'apparition des ravageurs et mesures pour prévenir et guérir la maladie :
Faire attention que les aliments pour les escargots ne soient pas en mauvais état (apparition de moisissures ou fermentations), que le substrat de pontes soit sûr ou bien stérilisés. Les fèces sont une autre source d'infection  où les bactéries et les nématodes s'y multiplient allègrement. Ce sont les trois principales causes d'apparition de problème sanitaires.

Pour traiter une infestation de nématodes ne pas utiliser de produits pharmaceutiques phosphorés, car il sont très toxiques, ils laissent beaucoup de résidus, ils affectent le système nerveux et l'utilisation même en petite quantité peut tuer toute une population d'escargots. Connaître le cycle évolutif de la maladie afin de la supprimer, il suffit d'éliminer quotidiennement et tout simplement les escargots qui présentent un mauvais aspect, de manière que les nématodes qui existent en eux n'aient pas le temps de se propager dans le sol à la recherche de nouvelles proies. Dans ce cas et dans tous, une bonne hygiène est essentielle.

Il est prescrit dans les cas très graves (bien que très inhabituel) le traitement par lévamisole, l'albendazole, le mébendazole, Gentamicine, etc ..) Ces médicaments sont utilisés pour traiter les infestations de nématodes dans les autres espèces animales. Ces agents sont mélangés à l'aliment, ou se dissolvent dans les abreuvoirs. Bien que l'utilisation ne soit pas recommandé parce qu'en  prenant les mesures appropriées on élimine l'infestation.

Symptômes de la maladie, comment la déterminer:
Lorsque la maladie débute il n'y a pas de symptômes apparents, ensuite lorsque le stade est déjà avancé l'escargot léthargique cessera de se reproduire et finalement décède. Pour déterminer la cause de l'infection, il faut mettre l'escargot dans un récipient d'eau, prendre une loupe et extraire le corps de l'escargot de sa coquille, appliquer une lumière sur le sujet et en l'observant on discerne de nombreux parasites en forme de vers conique, cylindrique, souvent avec les deux extrémités de couleur vive, blancs ou blanchâtres et parfois transparents. La taille de ces parasites dépend de leur degré de développement, entre 0,5 et 1 millimètre. Parfois, s'ils sont très petits ils ressemblent à des fils très minces.

Si on prend une goutte d'eau, on voit que sont des parasites qui serpentent ou ne se déplacent pas de façon coordonnée.

2) Trématodes

Ces parasites se retrouvent dans les organes qui sont directement liés à la reproduction, ce qui entraîne de nombreux cas individuels de la castration. Toutefois,  les escargots fortement infestés peuvent décéder à cause de blessures que les larves produisent à l'intérieur du corps de leur hôte.

3) Cestode

Ces parasites ne provoquent pas le décès de l'escargot. Ils pénètrent dans le corps de l'escargot en utilisant les réseaux alimentaires, le système digestif.

B) acariose

Une des infestations les plus graves pour les escargots, est causée par un parasite appelé Riccardoella Limacum. Il est communément connu sous le nom de l'acarien des limaces. Ce parasite s'introduit (à l'aide d'une griffe d'ancrage à l'extrémité de ses membres), principalement dans la paroi pariétale de la cavité palléale s'alimentant de l'hémolymphe de l'hôte, peu à peu il y a une importante perte de poids qui entraîne l'anémie, jusqu'à la mort.
Ce parasite est blanc ou jaune, d'environ 0,3 mm, requiert des conditions météorologiques favorables (survenant au cours de l'été), apparaît généralement à cause du manque d'humidité. Et il est transmis par le biais des vêtements de l'opérateur et des ustensiles (alimentation, l'abreuvement, ...). Ces acariens sont généralement toujours présents chez les escargots, ils ne sont pas inquiétant si pour chacun d'eux l'infestation est d'un pourcentage inférieur à 60 acariens/escargot. Pour qu'une colonie d'acariens soit vraiment préjudiciable, elle doit dépasser 100 acariens/escargot.

Prévention et traitement

L'acariose est transmise d'escargot à escargot même s'ils ne sont pas en contact direct mais proche. Par le biais de l'alimentation, l'abreuvement, ou les vêtements de l'opérateur, pour empêcher la propagation de l'infestation isoler les individus infestés, les placer dans une zone à l’écart du reste de l'élevage, dotée de boîtes de nidification avec substrat stérilisé, mangeoires et abreuvoirs propres et à utilisation exclusive de cette zone de quarantaine. Après avoir été séparés du groupe, utiliser une méthode naturelle pour lutter contre les acariens, qui consiste à baigner les escargots infectés avec  un concentré à base de plantes, piment, ail, romarin, etc. Si le problème n'est pas résolu, éliminer ces individus.

Actuellement il n'y a sur le marché aucun médicament spécifique pour traiter ce problème. Pour éliminer par voie chimique des médicaments de substitution contenant du pyrèthres (une substance qui tue les acariens).

Selon certains experts, concernant le problème du contrôle des acariens, il faut utiliser comme mesure préventive des herbes aromatiques dans l'exploitation, comme la lavande ou le romarin. Apparemment, ces plantes font fuir les acariens.

L'utilisation d'autres substances comme le formaldéhyde ou l'acide phénique, l'acide acétique, ne sont pas adaptés pour le traitement des acariens.

Pour se protéger des acariens, dans un environnement naturel (Élevage extensif, mise en parc d'engraissement) lorsque les conditions météorologiques (humidité et température) ne sont pas appropriées, les escargots entrent en état d'hibernation ou estivation. Au cours de cette période, l'animal est protégé dans sa coquille par l'épiphragme.

Dans les élevage de type extensif ce processus se fait naturellement donc ne pas s'inquiéter des acariens, toutes fois ces problèmes surviennent en l'élevage intensif parce que les conditions de température et d'humidité sont toujours les mêmes. Pour limiter ou éradiquer les acariens (dans les élevages intensifs) on devrait inciter les escargots à estiver.

Dans les études sur les animaux infestés par les acariens on a découvert que les escargots provenant d'exploitations contrôlées (type intensif) ont jusqu'à 5 fois plus d'acariens que ceux provenant d'élevages extensifs. On a également noté que la présence des acariens dans les escargots réduit considérablement les concentrations de spermatozoïdes, limitant ainsi leur fertilité.

C) Diptères

Le modus operandi de ces parasites est comme suit:
Ces organismes  "perçoivent" un escargots morts ou des individus qui ont une faiblesse prononcée, ils pénètrent dans leur corps où ils se nourrissent de leurs tissus. La meilleure manière d'éviter leur présence est de procéder à un nettoyage complet de l'enceinte.

Agents Pathogènes

A) Pseudomonas

Parfois, il est courant que si cette infection apparaît d'autres infections de type viral surgissent, maladies dites secondaires en raison de "bactéries opportunistes» qui exploitent la faiblesse de l'animal.  C'est le cas par exemple de pseudomonas. C'est une bactérie très répandue qui attaque toutes les espèces animales y compris l'homme, il en existe plusieurs espèces qui ne peuvent être observés que grâce à l'utilisation d'un microscope.

Symptômes et détermination de la maladie :

Cette maladie attaque les intestins des animaux et induit une paralysie qui enraye toute activité, et entrave la croissance. Elle représente des pertes énormes pour l'éleveur. Dans la première phase de la maladie par observation du corps de l'escargot, on constate qu'il reste à l'intérieur de la coquille, arrête de produire du mucus, en présentant un aspect de sécheresse.

Plus tard dans une seconde phase l'escargot sort de sa coquille, il est paralysé et ne peut plus s'y retactrer, à ce stade, en observant son pied, nous voyons ce manque de brillance, il a un aspect flasque et forme un liquide vert autour de lui qui commence à dégager une odeur désagréable et nauséabonde. Les escargots affectés meurent peu de temps après, présentant un corps complètement liquéfié.

Causes de l'apparition des ravageurs et des mesures pour prévenir et guérir la maladie:
On ignore les causes de l'émergence de cette bactérie, même si certains auteurs affirment que cela est dû aux variations d'humidité ou de température, de la nutrition inadéquate ou l'absence de mesures adéquates d'hygiène d'exploitation.

Pour savoir si nous sommes en présence de cette maladie, il est plus facile de faire une analyse en laboratoire. Il est important de mettre en oeuvre une prophylaxie  dès qu’on constate des animaux malades pour éviter l‘épidémie.

Certains auteurs recommandent également des antibiotiques ou des sulfamides dilués dans l'eau potable, pulvérisés sur le sol et dans les compartiments ou sur l’animal. Une des façons de lutter contre cette maladie est d'abord d'avoir une bonne hygiène dans les denrées alimentaires et dans les parcs de croissance, avec une température et une humidité constante, sans changements brusques.

B) Autres organismes

Outre les pseunomonas il existe d'autres bactéries de type Gram positif et Gram-négatif qui peuvent affecter les escargots, bien que n'affectant pas une énorme proportion des populations d'escargots, y compris donc pas dans le cadre de cette étude

Fongique
Les mycoses
Ces champignons microscopiques sont des organismes qui peuvent engendrer des problèmes dans l‘élevage, mais sa solution est simple. Il existe essentiellement trois types de champignons qui sont mauvais pour les escargots

1) Fusariose:
Ce champignon parasite des embryons à partir d'oeufs qui provoque la maladie appelée ponte rose. Ce champignon est clairement visible, comme il change  la couleur des Å“ufs sains sont d'un blanc nacré avec un diamètre de 6mm à des tonalités différentes (gris, rose). Cette maladie est causée par un manque de propreté ou de la pollution de la terre.
Bien que l'incidence de cette maladie n'est pas élevé comme mesure préventive on se doit de désinfecter le substrat où les escargots pondent leurs œufs, cette terre doit être de préférence un compost de vers de terre meuble, le processus de désinfection est de verser de l'eau bouillante sur le substrat ou de le chauffer afin d’en extraire le champignon.

2) Verticillium:
Se développe au détriment des embryons, causant l'avortement des oeufs ou mort peu après la naissance.

3) Aspergillus:
Aspergillus contamine les aliments pour les escargots et les rend toxiques. La nourriture sera stockée dans un endroit approprié et vérifier la date d'expiration.

Prévention et traitement de la maladie

Pour contrôler le champignon il faut réguler l'humidité au sein de l'exploitation existante (environnement contrôlé), ce qui empêche la croissance des champignons, et exiger un nettoyage rigoureux des ustensiles  afin d'empêcher la fermentation des déchets d'alimentaires et des excréments Évitez l'eau stagnante car elle prédisposent à la survenue d'une infection fongique dans les Å“ufs.

D) Les altérations génétiques. Nanisme

Si vous regardez dans les populations naturelles d'escargots vous verrez que les individus ne se développent pas à des phases différentes de la même manière. Certains ont un taux de croissance normal, d'autres au contraire ont tendance à croître dans une moindre mesure, dans ces cas extrêmes cette altération est appelée nanisme. Les populations d'escargots sont élevés dans un ambiant artificiel en particulier dans les exploitations  de type intensif, dans certains cas, les causes de cette malformation peuvent être attribuées à d'autres facteurs tels que la manipulation excessive de l'escargot, le manque d'humidité, la surpopulation dans les enclos ou le manque de nourriture.

E) Toutes les autres causes de mort. Symptômes et solutions

En plus de l'écrit ci-dessus il y a d'autres raisons dont descriptions suivent :
Si on constate que, en principe, l'escargot a rétracté son corps peu adhéré à la coquille, ayant la partie postérieure du pied à l'extérieur,  légèrement plié vers la gauche, que la tonalité de la couleur du corps a changé, et qui ensuite passe dans un état putréfaction transformant rapidement le corps en une sorte liquide sombre, épais dans lequel on voit flotter une espèce de vers, on peut attribuer ce décès à la piqûre d'insectes qui vivent avec eux dans le parc, ce qui se passe parfois sans être une cause  trop inquiétante.
Si nous voyons que l'escargot a rétracté son corps dans la coquille collé à elle et sans mucilage on peut attribuer la cause de la mort à la déshydratation, d'une exposition excessive au Soleil Après la mort, l'escargot continue de se dessécher sans produire de mauvaises odeurs.

Si nous voyons que l'escargot est complètement hors de la coquille avec des antennes parfois très gonflées ainsi que le corps, son pied d'une teinte verte, assez lente putréfaction, on peut attribuer sa mort à une mort noyade. Il convient de noter que cette mort n'est pas due à un manque d'oxygène,  l'eau pénètre en grande quantité par les pores de sa peau (hydropisie).

Si vous voyez des coquilles vides à la ferme, il sera nécessaire de les observer afin de parvenir à une conclusion sur la cause. Si nous constatons que la coquille présente un type de trou circulaire on peut penser que la cause de la mort a été un oiseau prédateur. Si nous voyons que la coquille est écrasée ce peut être la cause d'une souris.

Si on note que le corps de l'escargot est sec, sans mucus, adhère encore à la coquille et le pied est hors de la coquille, nous pouvons attribuer les causes de sa mort à la vieillesse.
http://helicicultura-cria-de-caracoles.blogspot.com/2008/10/las-enfermedades-como-luchar-contra-los.html
Hernán López
Escargots HÉLICICOLE
@+




« Dernière édition: 31 D?cembre 2009 à 12:55:09 par 118 218 » Journalisée
118 218
Membre Héroïque
*****
Messages: 1287



Voir le profil
« Répondre #1 le: 30 D?cembre 2009 à 22:21:25 »

DÉTERMINATION DES PRINCIPAUX AGENTS PATHOGÈNES QUI AFFECTENT L'ESCARGOT Helix ASPERSA (O.F. MULLER, 1774) DANS CHAQUE ÉTAPE DE SON CYCLE BIOLOGIQUE
Felipe Moncada y Paola Veloza, Médecins vétérinaires de l' université de la Salle à Bogotá

Pour des raisons évidentes nous ne pouvons pas montrer tout le travail par ce moyen, mais le document est disponible pour consultation dans la bibliothèque de l'université de la Salle, section « travaux de degré en Vétérinaire » mais du au fait que les gens sont très intéressés, nous décidons de faire connaître les principales conclusions que nous avons obtenues après une année de travail d'investigation.

Découvertes bactériennes

Les principales maladies bactériennes présentes dans des escargots du type Helix aspersa en héliciculture correspondent étiologiquement à :
Staphylococcus aureus, Pseudomonas aeruginosa, Aeromonas hydrophila, Hafnia alvei, Corynebacterium sp., Arcanobacterium sp., Salmonella sp., Escherichia coli et Streptococcus sp.

• les agents bactériens qui causent des maladies primaires dans des escargots du type Helix aspersa sont : Staphylococcus aureus, Pseudomonas sp., Corynebacterium sp., et Aeromonas hydrophila.

• les agents bactériens qui agissent de manière opportuniste dans des escargots du type Helix aspersa sont : Salmonella sp., Streptococcus sp., et Arcanobacterium sp.

• les agents bactériens qui peuvent agir comme causals de maladies primaires ou comme opportunistes dans des escargots du type Helix aspersa sont : Hafnia alvei et Escherichia coli.

• les bactéries isolées dans des animaux sains et qui par conséquent agissent comme flore microbienne normale dans des escargots du type Helix aspersa sont : Staphylococcus aureus, Corynebacterium sp ., et Escherichia coli.

• les bactéries avec une plus grande incidence pathogène qui affectent escargots du type Helix aspersa selon l'étape productive dans laquelle elles sont trouvés sont :
 Hafnia alvei dans des escargots jusqu'à à 20 jours d'âge (naissains).
 Corynebacterium sp dans des escargots après 20 jours d'âge qui n'en sont pas à l'étape reproductrice et qui se trouvent en engraissement
 Staphylococcus aureus dans des escargots après 4 mois d'âge qui se trouvent déjà en étape reproductrice.

• Arcanobacterium sp., affecte dans leur majorité escargots du type Helix aspersa, avant 20 jours d'âge (naissains).

• Corynebacterium sp., affecte dans leur majorité escargots du type Helix aspersa, après 20 jours d'âge qui n'en sont pas encore à l'étape reproductrice et qui se trouvent en engraissement.

• Aeromonas hydrophila affecte dans sa majorité les escargots plus âgés que 4 mois qui se trouvent déjà en étape reproductrice.

• Staphylococcus aureus est la bactérie qui a une plus grande incidence dans les escargots du type Helix aspersa.

• Les élevages situés dans des régions où la température moyenne dépasse les 15ºC, ont un plus grand risque de présenter les pathologies bactériennes causées par les agents primaires suivants : Aeromonas hydrophila, Pseudomonas sp., et S. aureus. De même, dans ce climat la présentation de l'Arcanobacterium sp. est fréquente, qui agit de manière opportuniste.

• Les élevages situés dans des régions où la température moyenne est plus basse que 15ºC, ont un plus grand risque de présenter la pathologie bactérienne causée par Salmonella sp., qui agit de manière opportuniste. De même, dans ce climat la présentation de la Corynebacterium sp. est fréquente, qui agit comme agent primaire et l'E.coli avec Hafnia alvei qui peuvent agir des deux manières.

• Streptococcus sp. se présente dans les deux types de climat.

• l'humidité excessive ainsi qu'une gestion sanitaire inadéquate, prédisposent à la présentation agressive des maladies bactériennes précédemment mentionnées.

Découvertes fongiques

• les principales maladies fongiques présentes dans des escargots du type Helix aspersa dans helicicultivos de la feuille cundi-boyacense correspondent etiologiquement à : Aspergillus sp., Penicillium sp., et Geotrichum sp.

• la maladie fongique primaire dans les escargots du type Helix aspersa est celle causé par l'Aspergillus sp.

• les maladies fongiques qui agissent de manière opportuniste dans les escargots du type Helix aspersa sont celles causées par : Geotrichum sp., et Penicillium sp.

• les champignons qui ont une plus grande incidence pathogène et qui affectent les escargots du type Helix aspersa selon l'étape productive dans laquelle ils sont trouvés sont :
Penicillium sp. dans des escargots jusqu'à 20 jours d'âge.
Geotrichum sp dans des escargots après 20 jours d'âge qui se trouvent en engraissement.
Aspergillus aureus dans des escargots plus grands de 4 mois d'âge qui se trouvent déjà en étape reproductrice.


• le Penicillium sp., affecte dans leur majorité escargots du type Helix aspersa, mineurs à 20 jours d'âge.

• le Geotrichum sp., affecte dans leur majorité les escargots du type Helix aspersa, après 20 jours d'âge qui se trouvent en engraissement.

• l'Aspergillus sp., affecte dans leur majorité escargots plus âgés que 4 mois  qui se trouvent déjà en étape reproductrice.

• le Geotrichum sp., est le champignon avec une plus grande incidence de présentation dans les escargots du type Helix aspersa.

• Les élevages situés dans les régions où la température moyenne dépasse les 15ºC, ont un plus grand risque de présenter la pathologie fongique causée par l'agent primaire suivant : Aspergillus sp. De même, dans ce climat la présentation du Geotrichum est fréquente sp et le Penicillium sp., qui agissent de manière opportuniste.

• Aspergillus sp., attaque plus fréquemment dans les élevages qui fournissent une alimentation à base de farines. Le Geotrichum sp., au contraire, attaque plus fréquemment quand l'alimentation est à base de végétaux. Le Penicillium sp., peut se présenter dans chacun des 2 cas précédents.

• Les élevages qui ont des humidités très hautes, ainsi qu'une ventilation inadéquate des enceintes, sont prédisposants à la présentation de ces maladies fongiques.


Découvertes parasitaires

• les principales maladies parasitaires présentes dans des escargots du type Helix aspersa correspondent étiologiquement à :
La famille Strongyloididae, la famille Oxiuridae, la famille Nyctotheridae et l'acarien Ricardoella limacum.

• Tous les agents parasitaires précédemment décrits peuvent être trouvés dans des animaux sains, toutefois dans de grandes infestations, ils peuvent causer des pathologies graves qui emmènent l'animal à des dommages dans leurs activités jusqu'au décès.


• l'acarien Ricardoella limacum affecte dans leur majorité les escargots du type Helix aspersa, mineurs à 20 jours d'âge.

• ceux appartenant à la famille Nyctotheridae., affectent dans sa majorité escargots du type Helix aspersa, après 20 jours d'âge qui se trouvent en engraissement.

• ceux appartenant à la famille Oxiuridae affectent dans sa majorité escargots plus âgés que 4 mois qui se trouvent déjà en étape reproductrice.

• les parasites appartenant à la famille Strongyloididae ont une plus grande incidence de présentation dans des escargots du type Helix aspersa.

• Les élevages situés dans des régions où la température moyenne est plus basse que 15ºC, ont un plus grand risque de présenter les pathologies parasitaires causées par les familles suivantes : Strongyloididae, Oxiuridae et Nyctotheridae. Ceci du au fait que les légumes avec une plus grande palatalisation pour les escargots du type Helix aspersa sont cultivés dans leur majorité dans des régions avec climats froids et ces parasites se développent dans ces cultures.


• Les élevages  situés dans des régions où la température moyenne dépasse les 15ºC, ont un plus grand risque de présenter la pathologie parasitaire causée par l'acarien Ricardoella limacum.

• la désinfection inadéquate de la terre, une hygiène inadéquate des aliments et la mauvaise qualité de l'eau, sont les facteurs davantage predisposants dans la présentation des pathologies parasitaires précédemment décrites.

• la récolte sauvage d'escargots sans gestion sanitaire préventifveadéquate, produit dans les élevages la présence d'agents pathogènes, en affectant dans une grande mesure la productivité de l'exploitation agricole, et produisant de grandes pertes pour l'heliciculteur.

• Dans des cas surpopulation, ces agents infectieux précédemment décrits, produisent des pathologies avec morbidité-mortalité très haute, compliquant sa gestion et contrôle au moment d'entamer une thérapie.

Découvertes d'autres pathologies non infectieuses

• les principales pathologies non infectieuses, présents dans des escargots du type Helix aspersa correspondent : Nanisme par mauvaise nutrition, Nanisme génétique, malformations de la coquille par apport inadéquat de minéraux dans le régime, modifications de la coquille par mauvais maniement, modifications de la coquille pour cause génétique, hernies génitales et attaque de prédateurs.


• le Nanisme est la pathologie non infectieuse avec une plus grande incidence de présentation dans des escargots du type Helix aspersa.

• Les élevages situés dans des régions où la température moyenne dépasse les 15ºC, ont un plus grand risque de présenter les pathologies non infectieuses suivantes : Attaque par de petits prédateurs, nanisme et modifications de la coquille.

Nous espérons que cette recherche soit une base pour des études futures, nous allons continuer à faire des recherches sur la partie sanitaire parce que nous croyons que  l'héliciculture est une activité qui peut générer des revenus pourvu que tous les paramètres soient gérés de manière professionnelle et responsable.

Felipe et Paola
http://redalyc.uaemex.mx/redalyc/pdf/951/95101403.pdf

@+
« Dernière édition: 31 D?cembre 2009 à 13:08:48 par 118 218 » Journalisée
118 218
Membre Héroïque
*****
Messages: 1287



Voir le profil
« Répondre #2 le: 31 D?cembre 2009 à 00:21:34 »

Buttiauxella agrestis
Les espèces du genre Buttiauxella, à l’exception des souches de Buttiauxella ferragutiae (quatre souches étudiées par Müller et al.) sont fréquemment isolées de l’intestin des mollusques et il semble que l’habitat normal de ces bactéries soit constitué par des mollusques.
La présence de souches du genre Buttiauxella chez l’escargot peut présenter un intérêt en médecine vétérinaire car la raréfaction des escargots dans la nature (ramassage intensif, utilisation de pesticides en agriculture, développement du réseau routier) a conduit au développement de l’élevage hélicicole, souvent confronté à l’apparition de pathologies encore mal connues mais dont certaines semblent avoir une étiologie bactérienne.
http://www.bacterio.cict.fr/bacdico/bb/buttiauxella.html
Journalisée
philippe62
Administrateur
*****
Messages: 460



Voir le profil WWW
« Répondre #3 le: 31 D?cembre 2009 à 11:03:16 »

Merci 118218 pour ces traductions  Sourire Sourire  gros travail des auteurs et du traducteur  Cool
Voilà une lecture qu'il faut faire à tête reposée ... et en ce moment  Clin d'oeil c'est pas trop le cas  Grimaçant
Juste, pourrais tu ajouter le lien vers l'original en espagnol, non pas que je comprendrais mieux  Roulement d'yeux , c'est pour être gentil avec les auteurs  angel

Bonne année 2010 !   Bisous
Journalisée
118 218
Membre Héroïque
*****
Messages: 1287



Voir le profil
« Répondre #4 le: 31 D?cembre 2009 à 13:23:11 »

Sitôt demandé, sitôt fait !!!
Le problème avec certains textes ou documents de langue hispanique,
c'est qu'ils se ressemblent tellement (étrangement, aussi) les uns et les autres,
qu'on sait plus qui est le véritable auteur Clin d'oeil
Et là, il est plus ardu de retrouver l'auteur que le texte,.......... et plus long que de faire la traduction Très souriant
@+
 
Journalisée
Pages: [1]
  Imprimer  
 
Aller à:  

contact